‘Monty Python : Le Sens de la Vie’

Titre original : Monty Python’s The Meaning of Life
Pays : Royaume-Uni
Réalisateur : Terry Jones
Année de sortie : 1983
Genre : Comédie
Type : Long-métrage


Résumé

En sept parties (le miracle de la naissance, croissance et apprentissage, se battre contre les autres, l’âge mûr, l’automne et le sens de la vie, la mort), les Pythons développent leurs théories sur l’existence et la destinée humaine.

L’avis de Ciné’xagone ()

Le Sens de la Vie est le cinquième et ultime film écrit et interprété par Graham Chapman, John Cleese, Terry Gilliam, Eric Idle, Terry Jones et Michael Palin. Il s’agissait pour ses créateurs de renouer avec la comédie à sketches, comme au temps du Monty Python’s Flying Circus, dans l’espoir, dixit Terry Gilliam, de « ressouder un peu le groupe ». Hélas, ce dernier devait se disloquer inexorablement.

On s’égard à prendre à la légère tant l’oeuvre générale de Monty Python que ce film en particulier. L’inscription de la troupe dans le registre de l’absurde dès leurs débuts à la télévision est à la source d’un grand malentendu. Non, les Pythons, ne font pas dans le « n’importe quoi », le délire absolu ou les personnages déjantés. Le Sens de la Vie porte une réelle réflexion sur chaque phase de l’existence et surtout sur l’occupation sociale des hommes. Il s’évertue à souligner toute l’absurdité de ce qui fait pourtant le monde au quotidien. La vie illustrée dans tout ce qu’elle a de plus anecdotique (une partie de rugby universitaire, les vacances d’un couple à la retraite…) comme de plus tragique (les guerres mondiales ou coloniales…) est bien le fil conducteur d’une œuvre ambitieuse, qui réussit le tour de force de trouver sa cohérence à partir d’éléments disparates et irrationnels. Mais il n’échappe pas au grief d’irrégularité : après une entrée en matière très réussie (du miracle de la naissance jusqu’à la guerre de tranchée, incluse), le film tant à s’essouffler un peu avant de trouver un élan salvateur dans les derniers sketchs (à partir de la Galaxy Song d’Eric Idle jusqu’à l’arrivée au paradis).

On l’aura vite compris, c’est le non-sens de la vie qui est mis en évidence. Dès lors, l’homme n’a guère d’autre choix que de s’en tenir à des valeurs personnelles (cf. le monologue de Gaston, serveur du restaurant). Dans la kitschissime séquence finale est toutefois révélé le sens commun de la vie sous la forme d’une série de conseils antiphilosophiques : lire un bon livre, faire de l’exercice, essayer d’aimer tout le monde… Et si là résidait l’essentiel ? Les Pythons font un pied de nez réussi et subtil aux arguties métaphysiques en démontrant que la vie est une succession de faits insignifiants que l’on intellectualise vainement. Le Sens de la Vie est un film drôle, provocateur et cru. Il n’est en revanche pas aussi hilarants que ne l’étaient Sacré Graal ! et La Vie de Brian. C’est qu’il dépasse de très loin la simple farce tant il est artistiquement travaillé et originalement structuré ; une certaine recherche esthétique fait aussi partie de la marque de fabrique de Monty Python au Cinéma… En témoigne par exemple le très amusant court-métrage Crimson Permanent Assurance de Terry Gilliam en prologue qui fait « irruption » ensuite dans le long-métrage.

Si l’on analyse les sketchs individuellement, on constate qu’il s’agit de pierres projetées contre les marqueurs de la société : l’éducation, la religion, la médecine, l’armée, la société de consommation, la finance internationale, etc. Trente cinq ans après la sortie du film, on sourit même de la prémonition dont font preuve ses auteurs (l’état d’esprit dans le service public hospitalier, la condamnation à mort d’un homme pour une blague misogyne…). Personne n’est épargné par la griffe Monty Python à l’issue d’une satire impitoyable, crue et intelligente qui fait du Sens de la Vie une comédie très atypique dans l’histoire du Cinéma. Le jury de l’édition 1983 du Festival de Cannes ne s’y est pas trompé, qui l’a récompensée d’un Grand Prix Spécial du Jury mérité.

R.V.H.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s