‘Le Gendarme de Saint-Tropez’

Titre original : Le Gendarme de Saint-Tropez
Pays : France, Italie
Réalisateur : Jean Girault
Année de sortie : 1964
Genre : Comédie
Type : Long-métrage


Résumé

Le gendarme Ludovic Cruchot (Louis de Funès), officiant en Savoie, reçoit son ordre de mutation à Saint-Tropez avec le grade de Maréchal des logis-chef. Il gagne sa nouvelle affectation varoise en emmenant avec lui sa fille Nicole (Geneviève Grad). Tandis que Cruchot, autoritaire, bouleverse les habitudes de la paisible brigade locale sous les ordres de l’adjudant Gerber (Michel Galabru), Nicole se lie d’amitié avec les jeunes de son âge. Elle en vient à voler avec un ami une Mustang dans le coffre de laquelle est caché un Rembrandt que des trafiquants d’œuvres d’art viennent de dérober.

L’avis de Ciné’xagone (Résultat de recherche d'images pour Résultat de recherche d'images pour Résultat de recherche d'images pour )

Avec Le Gendarme de Saint-Tropez, Jean Girault offre à nouveau à Louis de Funès – devenu son acteur fétiche – le premier rôle d’une comédie à grand public après Pouic-Pouic (1963) et Faites Sauter la Banque (1964). Tant le succès populaire obtenu (près de huit millions d’entrées) que la fraîcheur de l’œuvre font de ce film le premier incontournable de la carrière de Louis de Funès, et certainement son meilleur jusqu’alors, en tant que tête d’affiche. Viendront peu après les œuvres de Gérard Oury, dont les comédies moins inspirées de Jean Girault souffriront forcément de la comparaison… En attendant, de Funès trouve enfin un rôle à sa mesure. Entouré de cinq sympathiques compagnons d’armes (Michel Galabru, Jean Lefèbvre, Christian Marin, Guy Grosso et Michel Modo) il insuffle l’énergie nécessaire pour tenir le film malgré les flottements scénaristiques. Fort décousu, en effet, jusqu’à ce que l’épisode du vol du tableau fasse office de fil conducteur, le récit paraît durant la première moitié du film laisser place à sorte de compilation de sketchs (la séquence de pré-générique, la partie de pétanque, la sieste, la pêche aux oursins, la chasse aux nudistes…). Les dommages causés sont moindres puisque l’objectif recherché – faire rire – est allègrement atteint. Ne nuisent pas davantage à la réussite globale du Gendarme son peu d’attrait formel ni son dénouement « capillotracté ». Conçu pour séduire, le film peut compter sur le charme de la jeune Geneviève Grad (dont le personnage est finalement le pivot de l’histoire) et la bande-originale dansante du talentueux Raymond Lefebvre. Dès 1965, la brigade de Saint-Tropez va être reconstituée (Le Gendarme à New York) : une hexalogie démarre.

R.V.H.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s