‘Sister Act’

Titre original : Sister Act
Pays : États-Unis
Réalisateur : Emile Ardolino
Année de sortie : 1992
Genre : Comédie
Type : Long-métrage


Résumé

Chanteuse dans les casinos de Reno, Dolores Van Cartier (Whoopi Goldberg) est sur le point de quitter son amant Harvey (Vince LaRocca), un mafioso sans scrupule. Mais elle est témoin malgré elle de l’exécution d’un jeune chauffeur. Les hommes d’Harvey se lancent immédiatement à sa poursuite pour s’assurer de son silence. Menacée de mort, Dolores est placée par le lieutenant Souther (Bill Nun) dans un couvent de San Francisco, malgré l’hostilité de la mère supérieure (Maggie Smith).

L’avis de Ciné’xagone ()

Sister Act, l’avant-dernier film du réalisateur Emile Ardolino (Dirty Dancing) disparu prématurément l’année suivante, a connu un joli succès populaire et une certaine postérité. Cette comédie bon enfant met en scène Whoopi Goldberg en chanteuse de cabaret délurée, forcée de vivre au milieu de sœurs catholiques pieuses, chastes et tristes. L’exubérante Dolores – presque surjouée – devient la coqueluche du couvent, le rayon de soleil de religieuses enfermées dans le rigorisme. Rires garantis !

Whoopi Goldberg est plus convaincante en nonne décoincée qu’en starlette capricieuse et son énergie électrise largement un film dans l’ensemble bien interprété (Wendy Makkena et Kathy Najimi, les deux « sœurs » les plus proches de Dolores, sont remarquables) mais d’une prévisibilité décevante. Alors que l’histoire est, en elle-même, improbable, le scénario construit à partir de l’entrée au couvent de Dolores se déroule sans surprise aucune jusqu’au dénouement. Sans parler du profil terne des personnages secondaires, en particulier la bande à Harvey, qui trahit une réelle paresse dans l’écriture du script.

Dans cet ensemble lisse, désespérément trop ordonné, saillent finalement les scènes musicales. Le spectateur aura deviné sans peine (avant les personnages eux-mêmes…) que la vocation de Dolores, alias sœur Marie-Clarence, n’était pas de balayer le réfectoire mais de reprendre en main la chorale des religieuses, dont le niveau est caricaturalement exécrable. Sur des airs de gospel et de rock, les nonnes s’épanouissent et le film prend un tour plaisant. Ce sont ces passages en chansons que l’on retiendra volontiers.

R.V.H.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s