‘Sleepy Hollow’

Titre original : Sleepy Hollow
Pays : États-Unis, Allemagne
Réalisateur : Tim Burton
Année de sortie : 1999
Genre : Fantastique
Type : Long-métrage


Résumé

À la fin du XVIIIe siècle, au nord de New York, une bourgade du nom de Sleepy Hollow est frappée par une vague de crimes. Plusieurs personnes y meurent décapitées sans que leur tête ne soit retrouvée près de leur cadavre. Le jeune inspecteur Ichabod Crane (Johnny Depp) est envoyé par la justice newyorkaise pour enquêter sur ces faits atroces. Lorsqu’il arrive à Sleepy Hollow, les notables du village lui narrent la légende du cavalier sans tête qui hante les bois alentours. Tout d’abord sceptique, Crane se rend à l’évidence lorsqu’il voit de ses propres yeux le terrifiant cavalier commettre l’un de ses assassinats. Il est bien décidé à découvrir le secret qui provoque la vengeance sanglante du revenant…

L’avis de Ciné’xagone ()

Visionner Sleepy Hollow, c’est pénétrer un univers maléfique et ténébreux, esthétiquement fascinant. Tim Burton s’inspire d’une nouvelle de Washington Irving pour raconter à sa sauce la légende d’un marché passé entre un mercenaire décapité revenu de l’au-delà et l’un des habitants d’un village imaginaire dans un XVIIIe siècle finissant. Johnny Depp, au centre de l’histoire, incarne un jeune enquêteur, citadin et rationnel, avec ce style affecté qui caractérise trop souvent son jeu d’acteur. Les autres protagonistes ne bénéficient pas du même intérêt de la part du réalisateur, y compris la diaphane Katrina (Christina Ricci), de sorte que Sleepy Hollow se résume vite au duel que se livrent le héros Crane et le « cavalier sans tête ».

Si Burton réussit à donner à son film une plastique admirable, contrastée et sensuelle, il accumule jusqu’à l’excès les scènes d’actions violentes (décapitations, poursuites, combats). Celles-ci ne ponctuent plus simplement l’œuvre mais finissent par la structurer en l’alourdissant. Ce qui ressemble moins à une erreur de jugement qu’à un choix artistique ravira ceux qui cherchent dans Sleepy Hollow les frissons de l’épouvante ou l’excitation du surnaturel. Ceux qui espéraient en revanche se laisser imprégner par un mystère ésotérique devront subir le tumulte permanent derrière lequel se dissimule une intrigue tortueuse mais sans profondeur.

R.V.H.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s