‘J’veux du soleil !’

Titre original : J’veux du soleil !
Pays : France
Réalisateur : Gilles Perret, François Ruffin
Année de sortie : 2019
Genre : Documentaire
Type : Long-métrage


Résumé

En novembre 2019, lorsque des Français vêtus du gilet jaune obligatoire de la sécurité routière manifestent et prennent possession des ronds-points pour exprimer leur opposition à la hausse des prix des carburants, le député et journaliste François Ruffin décide de partir à leur rencontre. Petits retraités, intérimaires, salariés dépassés par les charges, autoentrepreneurs ou chômeurs évoquent leurs difficultés matérielles mais aussi l’espoir que ce mouvement social les délivre de la précarité.

L’avis de Ciné’xagone ()

Retranché dans la posture du journaliste, le député François Ruffin, rédacteur en chef du journal Fakir, assisté à la réalisation de Gilles Perret (Les Jours heureux, La Sociale, L’Insoumis), livre un documentaire forcément très politique. Délibérément partial aussi… Aux antipodes du formidable et truculent Merci Patron ! (2016), J’veux du soleil ! s’apparente formellement à un assemblage à l’état brut de témoignages, à peine entrecoupés de brefs montages d’archives audiovisuelles (violences policières, propos provocateurs ou insultants de politiques ou de journalistes…) et bercé de quelques chansons en bande-originale, notamment de Charles Trenet. Réalisé en quelques jours et monté à la hâte, il s’apparente davantage à un reportage de youtubeur qu’à un documentaire construit et fignolé. Cela ne l’empêche pas de faire mouche.

Au gré des rencontres sur les ronds-points de la Drôme, de l’Isère, de la Haute-Savoie ou du Gard, se fait jour la fracture sociale que connaît le pays. Ces femmes et ces hommes ont retrouvé, à travers les Gilets jaunes, la voix au chapitre, la ferveur du combat et l’espoir du changement. Plus que tout, ils y conquièrent leur dignité. Le récit de leur vie, passée à chercher les moyens de débrouille qui permettent de joindre les deux bouts, lève le voile sur la profondeur des inégalités territoriales et sociales. Il brise surtout un tabou : la cinquième puissance économique mondiale, patrie de la Déclaration des droits de l’homme, n’échappe pas à la paupérisation d’une partie de sa population active. La parole est laissée quasi-exclusivement aux acteurs de cette mobilisation hors-du-commun, en quête d’une fraternité perdue qui, pourtant, conclut la devise de la République française.

Au terme d’une heure et quinze minutes à peine, J’veux du soleil ! atteint son objectif en démolissant les préjugés des élites sur ces destins malheureux, en marge de la mondialisation. Il émeut, bouleverse, attendrit mais mieux : il donne à réfléchir.

R.V.H.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s