‘De sang-froid’

Titre original : In Cold Blood
Pays : États-Unis
Réalisateur : Richard Brooks
Année de sortie : 1967
Genre : Thriller
Type : Long-métrage


Résumé

Dick Hickock (Scott Wilson) et Perry Smith (Robert Blake), deux anciens taulards, projettent ensemble le crime parfait : cambrioler la famille Clutter, de riches fermiers du Kansas dont ils connaissent l’existence à travers les renseignements fournis par un codétenu. Le soir du 15 novembre 1959, les deux hommes entrent par infraction dans le ranch des Clutter à Holcomb et assassinent les quatre membres de la famille présents, sans mettre la main sur le magot espéré, puis prennent la fuite en direction du Mexique… Le détective Alvin Dewey (John Forsythe) tente d’élucider l’affaire, mais les premiers indices relevés sur les lieux du crime sont minces…

L’avis de Ciné’xagone ()

D’un chef d’œuvre de la littérature – le récit non-fictionnel de Truman Capote à peine publié – Richard Brooks a fait un très bel objet cinématographique. L’adaptation, préparée sous la supervision de l’écrivain, se révèle méticuleuse, Brooks calquant la structure de son film sur l’économie du roman. Comme dans ce dernier, le fil de l’histoire ne conduit pas à connaître les coupables – le public les découvre bien vite – mais à suivre leur traque, étape par étape, observer leurs faux pas, percer leurs obsessions et attendre qu’ils trébuchent.

Interprétés magistralement par Robert Blake et Scott Wilson, les deux criminels Perry Smith et Dick Hickock fascinent, éventuellement par la violence qu’ils sont capables de camoufler, plus certainement par leur jeunesse ravagée et leurs propres failles. Comme Capote dans son roman, Richard Brooks explore en particulier la personnalité torturée de Smith, l’homme sans lequel son nonchalant compère ne serait resté qu’un malfrat de seconde zone. L’éternelle thématique du couple diabolique est encore une fois la clef du mystère. Par leur ressemblance physique avec les protagonistes du faits divers sordide de 1959, les acteurs se prêtent à la reconstitution quasi scientifique d’une nuit tragique et d’une cavale pathétique. Leur nervosité – si palpable à l’approche du crime du Kansas ou lorsqu’ils sont confondus par un interrogatoire dans le Nevada – est la source même du trouble et de l’angoisse du spectateur. Et celui-ci, entré dans l’intimité des meurtriers, finit par éprouver à l’approche de leur exécution la même peur ressentie dans les minutes précédant le supplice de la famille Clutter. Indécent ? Peut-être. Mais humaniste cependant.

Tourné en noir et blanc et accompagné par les notes de jazz de Quincy Jones, De sang-froid est une brillante démonstration tant du talent de son réalisateur que de l’adéquation de l’écriture cinématographique avec la représentation de la mécanique criminelle dans sa grande complexité. Dans les premières séquences du film, Richard Brooks scelle le destin des personnage en jouant des parallèles entre les chasseurs et les proies (alternance de scènes, elles-mêmes reliées par des association d’idées ou d’objets). Grâce à l’ellipse placée sur la nuit sanglante, Brooks réserve son apothéose pour l’heure des aveux, dans la seconde partie du film… La reconstitution en flash-back exprime tout de l’injustice, de l’incompréhension et de la terreur vécues par les Clutter mais édulcore élégamment, grâce aux montages, aux effets d’ombre et de lumière et à la photographie noir et blanc, l’horreur des meurtres.

Dans ce film policier d’une immense classe, le fait-divers ne sert guère de faire-valoir à un jeu d’émotions avec le public. Brooks, comme Capote avant lui, ne désire pas donner des frissons au public à la recherche de sensations fortes, mais le faire réfléchir et ressentir un drame existentiel. Il faut y voir un hommage aux innocents sacrifiés et aux coupables dont les actes ne sont jamais que l’aboutissement d’un parcours malheureux. L’œuvre est belle, mature et intemporelle.

R.V.H.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s