‘Fantômas contre Scotland Yard’

Titre original : Fantômas contre Scotland Yard
Pays : France, Italie
Réalisateur : André Hunebelle
Année de sortie : 1967
Genre : Comédie policière
Type : Long-métrage


Résumé

Dans son grand château du fond de l’Écosse, Lord Edward MacRashley (Jean-Roger Caussimon) est victime d’un chantage du redoutable Fantômas. Le malfaiteur diabolique veut extorquer les plus grandes fortunes mondiales en leur infligeant un « impôt sur le droit de vivre ». Le journaliste Fandor et sa campagne Hélène (Jean Marais, Mylène Demongeot) ainsi que le commissaire Juve (Louis de Funès), ennemis jurés de Fantômas, le rejoignent outre-manche pour tenter, une fois encore, de mettre fin à ses agissements.

L’avis de Ciné’xagone ()

Le troisième volet de la série comico-policière Fantômas d’André Hunebelle était-il celui de trop ? Assurément. Bien que le dépaysement de l’histoire au cœur des highlands et ses donjons hantés ne manque pas d’attrait sur le papier, de nombreuses absurdités minent le scénario. Le voyage au pays des fantômes et des monstres lacustres se termine en huis clos dans les décors d’un studio francilien et entre les murs d’un château de Gironde. Dans cet épisode où Jean Marais apparaît plus en retrait encore que lors du précédent volet, les deux têtes d’affiche sont de fait Louis de Funès et surtout Jean-Roger Caussimon, parfait lord écossais, empesé et taciturne.

En l’absence de réelle intrigue, les personnages subissent les événements et, rouillé jusqu’au point de rupture, le ressort comique prend appui sur les quelques événements « surnaturels » (grotesques…) dont Juve est le témoin fiévreux. Autant dire que, très vite, l’histoire tourne à vide. Plus surprenant, André Hunebelle, que l’on a connu plus soigneux, rend ici une copie bâclée. La qualité aléatoire de la photographie, le montage sans rigueur et même la faiblesse des scènes d’action ou de cascade censées mettre en valeur Jean Marais impressionnent négativement. Fantômas, le criminel masqué, triomphe une fois encore, échappant à ses poursuivants. Par bonheur, on ne le reverra plus sur les écrans.

R.V.H.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s